Qu’est ce que le growth driven design ?

L’idée principale est de venir coupler le marketing digital et le design pour atteindre des objectifs de conversion communs.

 

Cette technique part de plusieurs postulats :

  • La conception classique de sites ou d’applications mobile se déroule sur des temps relativement longs et il est difficile d’évaluer l’efficacité du nouveau design avant que le produit ne soit en ligne. 
  • Une création/refonte d’un site ou d’une app mobile mobilise les équipes marketing tout ce temps sans réellement permettre à ces dernières d’avoir une visibilité sur les choix qui sont réalisés en matière de design et sur les impacts qu’ils auront sur les KPIs XZ
  • L’objectif d’un projet digital est bien souvent de délivrer rapidement un produit fonctionnel, mais une fois livré, les phases d’optimisation et d’amélioration sont négligées.

 

La méthode du Growth Driven Design propose d’orienter la vision sur la conversion :

 

 

  • D’abord il s’agira d’améliorer en continue le produit (processus itératif) en fonction des comportements utilisateurs. Pour cela, il faut mesurer et observer avec les bons outils qui seront détaillés dans un prochain article.
  • Ensuite il s’agit de lancer bien plus rapidement le produit, même s’il n’est pas totalement terminé et bien pensé, afin d’avoir rapidement du feedback et entrer tout de suite dans une phase d’amélioration continue. Ainsi on limite les coûts au lancement, et on optimise dès le début pour obtenir de la croissance.
Il est important de comprendre que cette technique est complémentaire au travail d’UX design en ce sens qu’elle ne focus pas sur l’expérience utilisateur («ma cible est-elle heureuse d’utiliser mon produit ? ») mais bien plus sur la conversion en fonction de l’objectif donné (« ma cible clique-t-elle sur bouton s’inscrire ? »).


Pour bien déployer cette méthodologie, il est essentiel de suivre quelques étapes importantes : 

  • il est nécessaire de bien réfléchir à ses objectifs de conversion
  • il faut bien définir ses personas (à qui s’adresse votre site)
  • il faut établir un bilan de ce qui fonctionnait bien, peu ou pas sur votre ancien site/app (C’est que l’on nomme un audit)

Ensuite la méthode veut que vous rédigiez une wishlist des éléments à améliorer sur votre site ou application. Plus concrètement, il s’agit de la liste des fonctionnalités souhaitées.

Par exemple : 

  • Amélioration du blog
  • Optimisation d’une version mobile
  • Déploiement d’une version internationale

A la manière d’une priorisation d’un backlog si vous êtes familier avec la méthode scrum, vous devrez à cette étape prioriser les éléments de votre wishlist et mettre de côté des éléments qui peuvent attendre.

A cette étape, pour bien prioriser, il est intéressant de rédiger des hypothèses, par exemple :

Action 1 

« Pour Paul qui visite la page produit, nous pensons que modifier le bouton « ajouter au panier » par « commander maintenant » augmentera le taux de conversion de 10%. Cette hypothèse est vraie à 80% d’après nos données utilisateurs. »

En attribuant des points à chaque hypothèse il est possible de prioriser efficacement.

Enfin la dernière étape est celle de l’analyse et de l’optimisation. Ici il s’agit de comprendre ce qui a bien fonctionné et d’itérer sur ce qui ne fonctionne pas jusqu’à atteindre les objectifs de conversion désirés.

Les 4 étapes sont représentées dans les bulles :

  • Etablir un plan
  • Développer
  • Apprendre
  • Partager / Transférer

Pour aller plus loin et comprendre comment coupler le growth marketing design avec les méthodologies UX, n’hésitez pas à nous contacter dès maintenant.

Léonard Grenaud

UI Designer et DA Junior